Retrouvez notre actualité

free-jazz

Albert Ayler, le phénomène du free-jazz

Le free-jazz fut une sorte de libération qui correspondait à une évolution des mentalités dans une certaine partie de la collectivité noire aux Etats-Unis. Il s’est développé en même temps que la conscience du « pouvoir noir » apparaissait dans la société américaine. Il est symptomatique de constater que ce style n’a, dans sa période active, duré qu’une période très courte. Aussi courte que les manifestations violentes des Black Panthers et autres mouvements prônant la révolte ouverte.

Lire l’article

duke ellington

Duke Ellington, l’œuvre au noir…

Généreuse et limpide, la musique de Duke Ellington (né le 29 avril 1899 à Washington DC et mort le 24 mai 1974 à New York) possède ce caractère d’évidence qui est la marque des grandes créations. Il fut le premier compositeur au sens réel du terme, il resta longtemps le seul. Il faut entendre par composition, le plein exercice d’une faculté que ne possèdent ni l’auteur de thèmes ni même, à de rares exceptions, l’arrangeur, et que l’on pourrait définir ainsi : donner au jazz une dimension supplémentaire. Cette dimension, qui apporte à l’œuvre une vie plus profonde, un devenir plus ouvert, c’est la forme. L’histoire du jazz peut se résumer ainsi : Louis Armstrong a inventé le jazz, Duke Ellington a créé la forme dans le jazz, Charlie Parker et Miles Davis ont eu à réinventer le jazz, Thelonious Monk tente de recréer la forme dans le jazz.

Lire l’article

nina-simone

Nina Simone : noire, fière et digne…

Comme si elle avait réuni tous ses propos en une seule chanson, Nina Simone (de son vrai nom Eunice Kathleen Waymon 1933 – 2003) enregistre au mois de juin 1969 la première mouture de To Be Young, Gifted And Black, l’une des chansons les plus vindicatives d’une époque en pleine ébullition. Adaptation musicale d’un poème de son amie Lorraine Hansberry, ce titre est l’un des faits de gloire de Nina Simone, hymne universel de la fierté noire. Lire l’article

jazz

Le « cool » et le jazz de la Côte Ouest : une étiquette, rien de plus ?

Si le jazz qui suit le be-bop a pris naissance à New York à l’initiative de Miles Davis, c’est la Côte Ouest des Etats-Unis qui, pendant quelques années (1952 – 1958), va devenir l’épicentre du jazz qui se fait. Lire l’article

L’art de la baguette, sur-moi et mise en scène

La baguette est un supplément, son arrière-grand-mère n’est autre que la canne avec laquelle le tambour-major de la fanfare militaire indiquait le temps fort. Pour ce qui est de la musique de chambre, avant l’apparition de la musique symphonique au XIXème siècle, qui coïncide avec la floraison d’une mise en scène de l’intimité (le romantisme), les mouvements d’archets du premier violon faisaient l’affaire. Puis la chose s’est amplifiée, au point qu’Hector Berlioz (1803 – 1869) avait prévu pas moins de quatre chefs pour diriger une de ses œuvres, tous placés sous la direction d’un chef suprême !
Lire l’article

Alban Berg, la pureté d’une œuvre

Le propos de Schönberg (1874 – 1951) précisant que « l’idée » d’une musique compte plus que son style ne s’applique à nul mieux qu’Alban Berg (1885 – 1935). En retraçant son œuvre, on a l’impression que celle-ci s’est efforcée de correspondre à l’intention fulgurante de transformer la musique elle-même en image de la disparition, comme une politesse pour dire adieu à la vie. Lire l’article

Les fruits étranges du delta du Mississippi

“Strange Fruit”, interprétée pour la première fois par Billie Holiday en 1939 au Café Société de New York, est issue d’un poème contestataire de 1937 écrit et publié par Abel Meeropol.
Billie Holiday fut bouleversée à la lecture de ce texte et se battit pour l’enregistrer, se l’approprier pour en faire la chanson de sa vie et une des plus puissantes dénonciations de la condition des noirs du vieux sud américain.

Lire l’article

Louis Armstrong

Louis Armstrong, l’évolution du style « Nouvelle-Orléans »

Louis Armstrong personnifiait le Jazz de sa nonchalance libératrice avec laquelle il abordait la musique, les chansons, les gens, les institutions… Enfant du quartier rouge de la Nouvelle-Orléans, ce fils de prostituée et de petit délinquant, devint le roi de ce style musical cru et spontané qui allait devenir la bande-son des années 1920.

Lire l’article

musique

La musique des mots, les mots de la musique.

Ce que la musique peut représenter pour moi, pour nous, pour le plus grand nombre…La musique des mots, les mots de la musique, comme une invitation au partage, au métissage.

Lire l’article

Scroll to top