Retrouvez notre actualité

L’art de la baguette, sur-moi et mise en scène

La baguette est un supplément, son arrière-grand-mère n’est autre que la canne avec laquelle le tambour-major de la fanfare militaire indiquait le temps fort. Pour ce qui est de la musique de chambre, avant l’apparition de la musique symphonique au XIXème siècle, qui coïncide avec la floraison d’une mise en scène de l’intimité (le romantisme), les mouvements d’archets du premier violon faisaient l’affaire. Puis la chose s’est amplifiée, au point qu’Hector Berlioz (1803 – 1869) avait prévu pas moins de quatre chefs pour diriger une de ses œuvres, tous placés sous la direction d’un chef suprême !

On assiste là, à une hypertrophie du sur-moi qui va de pair avec la mise en scène du narcissisme : on passe de ce qu’il y a à faire entendre à ce qu’il faut montrer. Et on le confond. On assiste alors à un phénomène étonnant : l’apparition d’une musique de chef ; Wagner (1813 – 1883), Strauss (1804 – 1849) et Mahler (1860 – 1911) n’y sont pas pour rien…

Mais alors que faut-il penser des chefs qui dirigent « à mains nues » ? Avec ou sans, cet espace de l’orchestre d’où émerge, petit ou grand, le chef, n’est-ce pas une métaphore psychique d’un espace potentiel, d’un espace de pouvoir et d’ivresse de pouvoir, de pouvoir d’expression qui nous est révélé là comme peut-être nulle part ailleurs dans le ruissellement sensuel des sonorités, des souffles et des rythmes ?

Et la baguette ou la main nue, n’est-ce pas ce que certains agrippent de leur regard pour s’accrocher à cet espace potentiel si fort et si sensuel ; s’y accrocher de peur qu’il ne vous quitte ou de peur qu’on ne puisse plus y tenir tant la chose est forte et bouleversante ; alors, quel deuil et quelle perte quand après être venu si souvent saluer, avec ou sans, celui-là que nous n’avons peut-être pas quitté des yeux et qui d’une certaine façon n’a pas lâché notre main, celui-là donne le signal du retrait ! Et tout se défait…

La baguette, avec ou sans, une main pour ne jamais perdre de vue que la musique est une relation physique. Amoureuse.

C.E.

(Source : « L’orchestre, des Rites et des Dieux » – Autrement (1988)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top